Les Amis de BAnQ est une association sans but lucratif créée en 2005, peu après l’ouverture de la Grande Bibliothèque. Elle s’adresse aux amoureux du livre, du patrimoine québécois et de la culture, et vise à soutenir les activités de cette prestigieuse institution québécoise qu’est BAnQ et à contribuer à son rayonnement. Entrevue avec Lucie René, présidente du conseil d’administration des Amis de BAnQ.

 

Pourquoi et comment est née l’Association des Amis de BAnQ et comment a-t-elle évolué depuis sa création en 2005 ?

L’instigatrice des Amis de BAnQ a été Mme Bissonnette, PDG de BAnQ à l’époque. Pour elle, il était important d’avoir un groupe comme celui-là afin de soutenir et promouvoir les activités de BAnQ, comme cela se faisait déjà dans les milieux anglophones. Nous étions là parce que nous partagions un grand attachement pour BAnQ. Les membres s’inscrivaient aussi pour les activités offertes gratuitement, comme les ateliers d’écriture ou les clubs de lecture. En 2010, BAnQ nous a demandé de mettre en place des ateliers de conversation française pour les nouveaux arrivants. Ce projet pilote a été notre première mission d’envergure de bénévolat pour l’institution. Ce fut et continue d’être un franc succès ! Les nouveaux arrivants apprécient énormément nos ateliers qui sont vraiment bien structurés. La demande est si grande qu’ils affichent toujours complet.

En 2010, l’Association réussit enfin à s’autofinancer grâce entre autres au Marché aux livres annuel, avec la vente de livres qui quittent les rayons de BAnQ. Ce Marché aux livres nous permet de soutenir financièrement la Fondation de BAnQ pour des projets. Nous aidons également la Fondation lorsqu’elle a besoin de bénévoles pour ses activités et événements.

Depuis 2016, nous identifions de plus en plus des occasions de bénévolat en dialogue étroit avec BAnQ et consolidons ainsi notre rôle de partenaire.

Cette année, nous fêtons les 15 ans des Amis de BAnQ. Nous avions prévu une grande fête avec une table ronde constituée entre autres de Mme Bissonnette et de M. Roy, mais les circonstances actuelles rendent la chose impossible. Ce n’est que partie remise ! Les Amis de BAnQ sont sans aucun doute d’importants ambassadeurs pour BAnQ et sa Fondation.

Pourquoi et comment avez-vous décidé de vous impliquer ?

Les livres ont toujours été ma passion. J’étais travailleuse sociale de profession puis, au début de ma retraite, lorsque j’ai souhaité faire du bénévolat, je suis instinctivement allée vers ma passion. Je fréquente la Grande Bibliothèque depuis très longtemps et j’ai toujours été impressionnée par cette institution culturelle unique. J’ai beaucoup exploré ses rayons à ma retraite, et je me suis rendue compte de l’offre incroyable qu’il y avait là. Je ressens un grand bien-être quand j’entre dans ces lieux ; je vois toute la richesse de notre culture. J’ai découvert les Amis et je me suis inscrite comme membre, j’ai été enthousiasmée par le bénévolat et les personnes rencontrées, et puis j’ai souhaité m’impliquer davantage. Les projets me stimulaient. C’est un groupe de personnes avec lequel je partage les mêmes valeurs et je souhaitais les côtoyer.

Aujourd’hui, je suis présidente des Amis et l’institution ne cesse de me surprendre. Les membres de l’Association n’y adhèrent pas tous pour les mêmes raisons : certains viennent pour les archives, plusieurs pour participer à une activité bénévole, d’autres pour les clubs de littérature ou les ateliers d’écriture. Ils arrivent avec des idées précises et certains désirent mettre en place de nouveaux projets.  Échanger avec eux est une grande richesse pour moi. Ils m’incitent à imaginer des collaborations avec BAnQ.

La Grande Bibliothèque n’est pas qu’une simple bibliothèque, il faut vraiment la fréquenter pour que toute son offre nous soit révélée. En ce moment, en confinement, je découvre tout son aspect numérique, et cela me donne un avant-goût de ce qui sera possible à BAnQ Saint-Sulpice.

Que pensez-vous de ce grand projet de la Fondation, soit celui de BAnQ Saint-Sulpice?

J’étais à la première présentation du projet et j’ai été conquise depuis le début. C’est un beau complément à l’offre existante, car ce n’est pas qu’un édifice littéraire, mais un édifice dédié au savoir. Ce projet doit se faire !

Les Amis de BAnQ sont principalement des personnes à la retraite. Tout l’aspect numérique de l’édifice, ce n’est pas personnellement mon monde, mais je souhaite le comprendre. Nous saisissons que c’est un projet extrêmement prometteur.

Je crois beaucoup aux relations intergénérationnelles et à la force qu’elles peuvent donner à une société. Les échanges que nous pourrons avoir avec les usagers de BAnQ Saint-Sulpice les nourriront certainement et auront une incidence sur leurs créations avec les nouveaux outils mis à leur disposition. Et pour nous, qui ne sommes pas nés avec les Médialabs et les Fab lab, nous en apprendrons beaucoup sur le monde technologique qui se construit.

Depuis le début de votre implication, quel a été votre projet préféré ?

Parmi tous nos projets, il y a deux activités qui me comblent particulièrement. La première dont je suis fière est la rencontre d’accueil pour les nouveaux membres mis en place il y a deux ans. Les gens adhèrent aux Amis pour des raisons qui leur tiennent à cœur, sans connaître l’ampleur des possibilités. Cette rencontre d’accueil juxtaposée à une visite des coulisses de BAnQ permet de leur expliquer ce que signifie être ambassadeur de BAnQ, afin de bien comprendre le sens de leur bénévolat. Ça ancre nos membres dans l’association dès leur arrivée.

La deuxième activité est un plaisir tout-à-fait personnel. Je ne manque jamais les tris des livres et le Marché aux livres qui a lieu pendant la dernière semaine du mois de mai. À ce moment, on baigne dans les livres. Nous sommes 90 bénévoles à y participer  ! J’adore côtoyer autant de personnes ! Et le public est si enthousiaste !